Orientation scolaire : comment faire le bon choix ?

28 FÉVRIER 2019

Quelle filière choisir une fois le Brevet des collèges obtenu ? Que faire après le Baccalauréat ? Comment fonctionne Parcours Sup ? Doit-on s'orienter vers une voie professionnelle ou générale? Toutes ses questions préoccupent les jeunes étudiants et leurs parents qui les accompagnent dans leur démarche d'orientation scolaire. Pour les aider, il existe plusieurs sources d'informations : sur internet, on peut citer les sites officiels comme https://www.parcoursup.fr, les sites d'informations pour les jeunes comme http://www.imaginetonfutur.com, https://www.letudiant.fr ou http://www.onisep.fr ou encore les sites spécialisés dans l'enseignement comme https://www.digischool.fr, https://www.studyrama.com…). Les salons se révèlent aussi une bonne source de documentation, comme le salon européen de l'éducation, celui de l'Aventure des Métiers, Postbac avec l'Onisep… Sans oublier les journées portes ouvertes dans les différents établissements scolaires, qui permettent à l'enfant de vérifier sur place la localisation et les locaux, de rencontrer l'équipe pédagogique… Au final, cela représente une masse considérable d'informations à intégrer. Voici quelques pistes pour bien choisir… et réussir !

Une bonne orientation scolaire est une première clé de réussite vers l’insertion professionnelle. Au vu des enjeux, il est donc primordial de s'en occuper sérieusement. Or, un projet d’orientation doit se mûrir. L’élève doit y réfléchir au plus tôt pour ne pas se trouver pris au dépourvu au moment de faire ses choix.

L'entrée au lycée, la première étape stratégique
Cette année est un peu particulière, avec la réforme du lycée et la suppression des filières ES, L et S. Ainsi, dès le deuxième trimestre de la Seconde, les élèves souhaitant préparer un bac général doivent sélectionner parmi 12 propositions (qui compte aussi bien des disciplines traditionnelles comme les mathématiques, l’histoire-géographie que des nouveautés comme le numérique et l’informatique) les spécialités qu’ils étudieront par la suite. C'est réellement stratégique, le choix des spécialités influençant la filière d’étude post bac. C'est pourquoi il est primordial de bien vérifier (dès la 3ème) si la sélection opérée par l'enfant correspond bien à son projet. Par exemple, s'il souhaite faire des études courtes de comptabilité ou de gestion, il a intérêt à choisir informatique en Première. S'il veut entreprendre des études de commerce, il lui est vivement conseillée sélectionner les spécialités "Mathématiques", "Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques"  et Langues.

L'après Bac, la seconde étape stratégique

L'année du bac constitue la deuxième phase décisive en matière d'orientation. Elle va permettre à votre enfant de préparer son avenir. N'hésitez pas à faire appel à des spécialistes de l’orientation tout au long de l'année scolaire, ils sauront délivrer des conseils adaptés à chaque profil.

Place ensuite à la phase Parcoursup. Depuis l’année scolaire 2018/2019, la procédure Parcoursup a remplacé le site Admission Post-Bac pour devenir le seul moyen de s’inscrire en licences, BTS, IUT, classes préparatoires (CPGE) ainsi que dans certaines écoles de commerce et d’ingénieurs.  Cette année, la saisie des vœux Parcoursup s'effectue du 22 janvier au 14 mars. Chaque candidat peut formuler jusqu’à dix vœux, et jusqu’à vingt sous-vœux pour certaines formations. Pour chacun d'entre eux, il faut expliquer sa motivation en quelques lignes sur un onglet intitulé « projet de formation motivé ». En parallèle, la « fiche avenir » remplie par les professeurs, qui décrit notamment les compétences non scolaires de l’élève, sera transmise aux établissements d’enseignement supérieur. Les réponses des établissements s'étaleront sur la période du 15 mai au 19 juillet.

Le critère budget est aussi un facteur à prendre en compte, au moment du choix de son orientation : l'année d'inscription dans un établissement d’enseignement supérieur public s'élève à quelques centaines d'euros alors que frais dans les établissements privés, notamment dans les écoles de commerce sont compris en général entre 3 000 et 10 000 euros par an. Le sachant, l'étudiant peut prévoir le mode de financement, qu'il s'agisse d'une demande de bourse, de prêt étudiant ou autre.